AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Info RP : ne pas oublier les RPs libres et communs ainsi que la Roue du RP. Et puis pour les bonnes actions, ont consulte la liste des membres sans rp. Pour finir, on se réserve une intervention ! Bon jeu parmi nous ♥️

Partagez|

Nouvelle hospitalisation [PACO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
“ Invité „



Qui suis-je ?
Invité


Sam 23 Fév - 22:14


“Nouvelle Hospitalisation”
Paco & Cornelia


Cornelia court dans les couloirs de l'hôpital. Pas qu'elle ait une urgence non -avouons-le c'est très, très rare qu'il y en ai une dans un service comme celui de la jeune femme, l'anthropologie- mais elle est en retard. De cinq petites minutes. C'est pas tellement grave dîtes-vous ? Peut-être, quand vous n'avez pas en supérieur un mec comme Adriel Anton. Mais lui déteste tellement la jeune femme qu'il lui ferait un esclandre même pour quelques secondes. Alors la brunette se hâte, à en perdre haleine, pour essayer de rattraper le temps, alors qu'une chansonnette se faire entendre dans sa tête. «Dis, au moins le sais-tu que, tout le temps qui passe ne, se rattrape guère... que, tout le temps perdu, ne, se, rattrape plus...»

Poussant la porte du service, la demoiselle constate, non sans satisfaction, que l'horloge indique qu'elle est à l'heure, et même, qu'elle est en avance de deux minutes. Les aiguilles sur le cadran sont sûrement à la bourre elles-aussi, mais Cornelia ne s'en plein évidemment pas. Grâce à cela; l'anthropologue n'a pas à subir les foudres de son chef de service et croyez-bien que c'est un fait non-négligeable. Fuyant néanmoins le regard de ce dernier, la jeune femme se met immédiatement au travail en rejoignant son poste qu'elle prépare, avant de se diriger vers les tiroirs muraux pour tirer son cas. Reconstituant ensuite le squelette sur sa table, la demoiselle commence sa minutieuse inspection, cherchant la moindre égratignure sur les os, la moindre chose suspecte, anormale. Le cas ? Une suicidée de vingt-trois ans. Enfin suicidée... la brunette a la lourde de le prouver. Et la chose est longue, loin d'être facile. Mais enfin, la jeune femme parvient à trouver LA preuve. Appelant son supérieur, la jeune femme lui fais pars de son premier bilan avant de se replonger dans son observation.

Cornelia court de nouveau dans les couloirs mais cette fois, ce n'est pas parce qu'elle est en retard, c'est parce qu'elle est pressée. Pressée de retrouver un certain Paco Leny Landon qui, elle vient de l'apprendre, est de nouveau hospitalisé depuis la veille. Inquiète, la jeune femme veut le voir, lui parler, savoir comment il va, comment il se sent, ce que disent ses médecins. Car la demoiselle ne connaît pas grand chose en médecine. A vrai dire, les squelettes qui échouent sur sa table n'ont nul besoin de soins. Juste d'attention, de dextérité...

Enfin, la brunette atteint la porte de la chambre qu'elle cherche. Arrêtant sa course, la jeune femme tape à la porte et entre, lorsqu'elle en a l'autorisation. L'homme lui apparaît donc, installé dans son lit. Le saluant sans pouvoir cacher son air inquiet, la demoiselle s'empresse de lui demander ce que dise les médecins à son sujet, avant d'attraper sa feuille de suivie, accrochée à son lit, pour essayer de la lire et de comprendre, surtout, les informations qui y sont écrites. Bien qu'à ses yeux, cela apparaît vite comme étant du chinois, alors que son cœur bat à une allure on ne peut plus folle.
Code by Pokipsy


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Qui suis-je ?
∆ INSCRIPTION : 04/11/2012
∆ MESSAGES : 29
Ҩ AVATAR : Ben Barnes
Ҩ CREDITS : Sweet-generation Ҩ DOUBLE COMPTE : Arizona Robbins

@ PRESTIGE : 9
@ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1989
@ AGE : 29 || @ SEXE : Masculin
@ ADRESSE : Seattle Grace Mery West Hospital
@ HUMEUR : Rebelle yeah!
@ MÉTIER : Etudiant en médecine, ironiquement



Ser rebelde, es negar la idea que el mundo es cuajado.



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Fév - 18:53

Nouvelle hospitalisation

C'est fou ce que l'on pouvait se faire chier, allongé sur un lit d'hôpital à regarder le temps passer. Bien sûr, j'avais plein de choses pour m'occuper. Des livres, un ordinateur portable avec la connexion internet intégrée, une télévision et à peu près 200 films et séries à regarder. Mais j'avais besoin d'action, de sortir et de m'aérer un peu. Seulement je n'en avais plus le droit à cause de la récente crise que j'avais faite il y a quelques temps. Crise qui m'avait forcé à moisir ici. Jusqu'à ce que mort s'en suive ou alors jusqu'à ce que je reçoive une greffe. Et c'était vraiment très loin d'être gagné de ce que j'avais compris, même si j'étais en tête des listes.

J'étais en train de pianoter sur mon téléphone portable lorsque l'on frappa à ma porte. Ce qui était étrange, habituellement les gens entraient dans ma chambre comme s'il s'agissait d'un hall de gare. J'envisageais de temps à autre de m'y promener à poil dans le but de leur donner une bonne raison de frapper avant d'entrer par la suite. Mais si la personne avait frappé à la porte, il ne pouvait s'agir que d'Arizona Robbins, mon médecin qui me suit depuis petit, ou alors il s'agissait de Cornelia. Cornelia était certainement une des personnes dont je me sentais le plus proche dans cet hôpital. Et la seule qui arrivait à faire abstraction de mon caractère pourri et provocateur.

" Entrez " lançai-je sans quitter des yeux le texto que j'étais en train d'écrire.

Bingo, il s'agissait bien de Cornelia. La tornade brune venait d'entrer dans ma chambre et se précipita sur mon dossier pour le lire, dans l'espoir certaine de recevoir des nouvelles de mon cas. L'attention qu'elle portait à mon cas était touchante, mais je ne le lui disais pas que ça me touchait. J'espérais juste qu'elle le comprenait. Elle me demanda les dernières nouvelles, et je lui répondis tout en refermant mon téléphone avant de le lancer un peu plus loin sur mon lit.

" Je viens d'arriver dans cet hôpital et j'ai récemment appris que la médecin qui me suit depuis petit, Arizona Robbins, est en couple avec Calliope Torres. Qui se trouve être ma cousine, alors que ma famille n'est pas censée savoir que je suis là... Non mais t'y crois toi? "

Soupirant doucement, je levais les yeux au ciel, avant de reporter mon attention sur ma résidente préférée. Je ricanai doucement avant de lever les yeux au ciel. Je savais parfaitement qu'elle ne s'attendait pas à ce genre de réponse, mais j'avais besoin d'en parler avec quelqu'un. Enfin, de le faire remarquer du moins.

" Sinon, en gros... Je suis dans la merde. La crise que j'ai eu l'autre jour a apparemment ruiné pas mal des efforts que j'avais fais... Donc, soit ils me trouvent une greffe rapidement, soit... "

Hum bref. Inutile de jouer dans la dramatisation et de terminer ma phrase, je savais parfaitement que Cornelia comprendrait parfaitement ce que je voulais dire. Elle était médecin, enfin presque, et même si elle n'avait pas toutes les connaissances que pouvait avoir un Derek Sheperd, elle était quand même douée dans son métier. Lui faisant un petit sourire, je la regardai en étant, pour une fois, parfaitement sérieux. Cela m'arrivait que très rarement, mais je n'étais pas rock n'roll au point de plaisanter de ma propre mort.
code by biscotte


Revenir en haut Aller en bas
“ Invité „



Qui suis-je ?
Invité


Lun 25 Fév - 1:23


“Nouvelle Hospitalisation”
Paco & Cornelia


Le téléphone du jeune homme valdingue au bout de son lit, à ses pieds, au moment même où la demoiselle ré-accroche le dossier aux barreaux du lit. Décidément, elle ne comprend pas grand-chose à ces graphiques. Sinon qu’ils n’ont pas l’air très bon. La jeune femme n’est pas médecin certes, mais elle n’est pas complètement idiote non plus. Alors elle se doute bien qu’une courbe qui frôle le négatif, ce n’est pas bon. Soupirant, elle prend place dans un fauteuil qu’elle rapproche du lit du patient, alors que celui-ci se confie quand à sa cousine et son médecin. Curieux, en effet, comme le monde est parfois bien petit. Cornelia en rirait presque, mais l’hospitalisation de Paco lui provoque bien trop d’inquiétude pour l’heure. D’autant que le jeune homme ne répond pas à ses interrogations. Les nouvelles sont-elles donc si mauvaises ?

«- Je vois… Et bien évidemment, ils ne trouvent toujours rien pour toi alors que tu es en tête de liste ? Si seulement les gens étaient un peu plus informés sur le don d’organes, c’est fou ça ! Combien d’organes sains ont doit perdre simplement parce que les gens sont mal informés, ne discutent pas de ça avec leurs proches… Si les familles avaient un peu plus conscience de l’importance de ces dons, si ont leur expliquait l’importance d’en parler, combien de vie ont pourrait sauver… C’est dingue. Je ne comprends pas que l’état et le ministère de la santé ne prennent pas des mesures vis-à-vis de ça. Pour mettre des taxes sur la clope et l’alcool ils sont forts. Mais alors pour le reste, c’est du grand n’importe quoi, c’est hallucinant ! » s’excite la demoiselle, quelque peu raidie par sa fureur.

La jeune femme se lève et commence à faire les cent pas dans la chambre en se rongeant les ongles. Elle sait que ce n’est pas bien, évidemment, mais le fait est que la demoiselle est vraiment très inquiète pour la santé et l’avenir du jeune homme allongé dans ce lit d’hôpital juste à côté d’elle. Approchant de la fenêtre, elle jette un œil dehors avant de revenir s’asseoir sur le bord du lit de Paco. Prenant la main de ce dernier, qu’elle caresse doucement du bout de son pouce, la jeune femme sourit au malade, espérant lui rendre un peu de baume au cœur grâce à ce signe d’affection. Sans le quitter des yeux, la suédoise lui remplit un verre d’eau et le lui temps, avant de sourire de nouveau.

«- Ton infirmière particulière te recommande de toujours bien penser à t’hydrater. Fais-lui donc le plaisir de vider ce verre veux-tu ?» demande t elle avec un air mi-rieur mi-obligeant. Et sinon, ils t’ont dit vers qu’elle heure ils pensaient revenir te voir ? J’aimerais bien avoir quelques informations au sujet de cette greffe. Je sais bien que je ne suis pas de la famille mais je connais tout le personnel ici, je devrai pouvoir attendrir ton docteur pour avoir accès à ton dossier, histoire d’y jeter un petit coup d’œil tu vois ?»

Code by Pokipsy


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Qui suis-je ?
∆ INSCRIPTION : 04/11/2012
∆ MESSAGES : 29
Ҩ AVATAR : Ben Barnes
Ҩ CREDITS : Sweet-generation Ҩ DOUBLE COMPTE : Arizona Robbins

@ PRESTIGE : 9
@ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1989
@ AGE : 29 || @ SEXE : Masculin
@ ADRESSE : Seattle Grace Mery West Hospital
@ HUMEUR : Rebelle yeah!
@ MÉTIER : Etudiant en médecine, ironiquement



Ser rebelde, es negar la idea que el mundo es cuajado.



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Mar - 9:27

Nouvelle hospitalisation

Cornelia prit le fauteuil qui se trouvait dans le coin de ma chambre pour s'y asseoir tout en le rapprochant du lit. Elle semblait réellement inquiète, tellement que cela me mettait assez mal à l'aise, il faut bien l'avouer. Mais je ne laissais rien paraître, encore une fois. Restons cool et insensible jusqu'au bout. Parce que si je commençais à me laisser submerger par les émotions, c'était pas gagné. D'ailleurs l'inquiétude se lisait sur son visage à la pauvre demoiselle. Inquiétude qui laissa place à l'agacement et l'énervement lorsque je lui avouai dans quel état j'étais. Et surtout qu'ils ne me trouvaient pas de donneur compatible.

Je lui tapotai doucement sur la main après sa tirade, avant qu'elle ne se mette à arpenter la chambre de long en large. Je ne dis rien, cela m'était arrivé il y a peu de temps. Quelques minutes avant qu'elle n'arrive en fait. Lorsque j'arrivais pas à trouver une occupation assez bien pour m'occuper l'esprit, ce dernier cavalait à une allure folle. J'avais même contacté mon avocat pour qu'il vienne rédiger mon testament au cas où. Mes parents étaient assez riches et j'avais un compte en banque bien fourni. Je n'avais pas encore spécialement réfléchi à la manière dont j'allais dilapider mon argent, mais passons.

Mais Cornelia fini par se calmer et venir s'asseoir sur le bord de mon lit. Je me poussai pour lui faire une petite place et la laissai prendre ma main dans la sienne. J'étais content qu'elle soit là mine de rien. Je ne connaissais pas grand monde à Seattle, à part ma très chère cousine adorée et mon médecin traitant. Les journées me paraîtraient vraiment très longues si elle ne venait pas me rendre visite de temps à autre. Mais bon, en même temps j'y étais pour quelque chose. J'avais fortement tendance à passer mes nerfs sur tout ce qui bougeait. J'aimais voir les gens mal à l'aise, je n'y pouvais rien.

Je levai les yeux au ciel lorsqu'elle me demanda de terminer le verre d'eau qui se trouvait à mes côtés, mais ne fis aucun commentaire acide dont j'avais le secret et le terminai pendant qu'elle me demanda quand est-ce qu'ils avaient prévu de venir me revoir.

" Mmh... Ils m'ont dit qu'ils passeraient en fin d'après-midi, donc vers 17h je pense. A moins qu'ils doivent venir me faire un petit coucou en urgence, on ne sait jamais... " dis-je avec un petit sourire ironique.

Je détestais me sentir faible et à la merci de tout le monde, c'était une des raisons pour lesquelles je m'étais toujours battu contre ma maladie. Avec l'énorme soutien de mes parents qui avaient toujours été là pour moi, tellement souvent que mon grand frère avait fini par en avoir marre. Je n'avais jamais été très proche de Vicente, mais il me manquait quelques fois. J'avais souvent pensé à lui écrire depuis mon hospitalisation, mais je savais parfaitement qu'il écrirait aussitôt aux parents et je ne voulaient pas que ces derniers soient au courant. Ils s'étaient déjà bien trop inquiété pour moi.

" Par contre, j'aimerais bien que tu restes avec moi un petit moment, si c'est possible bien sûr. Sauf si tu as une opération jamais vue et exceptionnelle à faire bientôt, j'ai entendu Cristina Yang parler de faire une opération en arrêtant le coeur du patient, c'est assez dingue. Dommage que les patients ne peuvent pas assister à une opération... "

J'étais étudiant en médecine moi aussi après tout. Je savais donc de quoi il était question, même si je m'étais arrêté qu'à ma première année d'internat... Mais voyons le côté positif, au moins je n'étais pas trop dépaysé... Même si je n'avais pas spécialement envie de terminer ma vie ici, si mes heures étaient comptées. Lorsque je posais ce genre de question à quelqu'un, on me disait que ça allait s'arranger, qu'il fallait y croire, blablabla. Je crois qu'ils avaient peur de ma réaction ou je ne sais quoi. Ils me prenaient vraiment pour un gamin. Je vis avec cette maladie depuis des années et je sais parfaitement que j'ai un risque constant d'y rester. De ne pas me réveiller un matin et basta. C'est pour cette raison que j'avais pensé à un truc et que j'avais besoin de l'aide de Cornelia. Je savais qu'il n'y avait qu'à elle que je pouvais demander ça.

" Mais plus sérieusement... Je veux te demander une faveur. Si tu arrives à amadouer le doc, j'aimerais que tu me dises tout sur mon état. Sans aucune pincette ou faux-semblants. Si je dois mourir dans quelques jours dis-le moi, parce que si c'est le cas je doute d'avoir une greffe à temps. Et je ne veux pas mourir ici. J'aimerais retourner au Mexique une dernière fois. "

Ah le Mexique... Pays de mes origines et où j'avais grandi pendant une grande partie de ma vie. Nous y avions bien sûr remis les pieds de temps en temps, mais ça me manquait. Les plages de sable blanc, la mer, la chaleur des gens...
code by biscotte


Revenir en haut Aller en bas
“ Invité „



Qui suis-je ?
Invité


Dim 10 Mar - 16:45


“Nouvelle Hospitalisation”
Paco & Cornelia


La plaisanterie du jeune homme quand à une éventuelle visite des médecins pour une urgence sur son cas ne fait pas rire Cornelia, mais alors pas du tout. La demoiselle a soudainement l’impression narquoise que l’homme ne comprend pas à quel point elle s’est attachée à lui, depuis leur rencontre quelques temps plus tôt. Ou le fait d’être malade lui donne une vision assez… bizarre de la vie. Quoiqu’il en soit, la plaisanterie passe mal auprès de la jeune femme qui assène un regard noir au jeune patient. Comment peut-il rire de choses aussi graves ? La suédoise ne comprend pas. Et le sourire ironique du jeune homme la blesse presque.

Une opération ? L’européenne sort soudainement de ses pensées en entendant ces quelques mots. Bien sûr qu’elle veut rester avec lui. Mais pourquoi parle t il d’une intervention au bloc ? Ce ne lui est jamais arrivé, d’entrer dans ce genre de pièces pour bosser. Son dada, c’est le laboratoire d’anthropologie. La suédoise ne comprend pas vraiment pourquoi il a peur qu’elle parte opérer, dans la mesure où ce n’est pas dans ses habitudes. Qu’elle reparte étudier des ossements oui, mais opérer… ce serait surprenant.

«- Bah… Je n’ai jamais opérer et ce n’est apparemment pas aujourd’hui que je vais commencer. Mais j’ai entendu parler de l’opération dont t’a parlé Yang, oui. C’est arrivé une fois. Harper Avery. Il voulait voir comment les chirurgiens s’occupaient de lui. Tu sais que Jackson est son petit-fils ?»

Jackson Avery, l’ex de la jeune femme. C’est à Mercy West que les deux jeunes gens se sont connus et, brièvement, aimés. Aujourd’hui, ils ne sont plus ensemble mais se portent une certaine affection qui ne manque pas de se laisser percevoir dans les paroles de la jeune anthropologue. Même si l’histoire avait été courte, elle avait été intense et en cela, jamais la brune ne pourrait l’oublier… Même si leur activité principale, au fond, s’était résumée à batifoler sous la couette et pas seulement.

L’homme reprend la parole et la jeune femme l’écoute, compréhensive. Il est normal d’envisager le pire, quand ont est malade et la brune doit l’admettre même si cela lui cause quelques douleurs en son sein. Il est normal que Paco nourrisse cette envie de revoir sa terre. Cornelia veux être enterrée auprès des siens, peu importe la terre où ce sera. Mais elle ne veut pas mourir sinistrement, dans une chambre vide et impersonnelle d’hôpital. Alors même si le fait d’envisager le pire lui fait un mal abominable, la demoiselle acquiesce.

«- C’est promis. Si j’arrive à amadouer le docteur et à savoir où tu en es… Je te le dirai. Je te réserverai même ton billet si tu veux. Et je t’aiderai à filer d’ici. Parce que ça m’étonnerait qu’ils te laissent partir à ta guise.» souffle t elle, la mort dans l’âme, avant d’enrouler ses bras autours du cou de l’homme. «Ceci étant dit Paco, tu ne va pas mourir. Du moins pas avant très longtemps. Parce que je t’interdis tout simplement de m’abandonner, tu m’entends ?» murmure t elle. «Tu sais bien que je t’aime… beaucoup.» dit elle en souriant, relevant sa main et avançant ses doigts vers le visage du jeune homme pour repousser une mèche de ses cheveux corbeaux, venue entraver son regard.

La suédoise observe le visage de l’homme sans ajouter un mot alors que son cœur bat la chamade. La jeune femme aime bien Paco. Ce n’est pas vraiment de l’amour ou du moins, elle sait que ce n’est pas l’homme de sa vie, que ce n’est pas son âme-sœur. Pourtant elle se laisse hypnotiser par lui, par sa fragilité dans ce lit, son envie de ne pas se laisser abattre…Avec douceur, la demoiselle approche son visage de celui de Paco et dépose ses lèvres sur celles de l’homme.

Code by Pokipsy




Lancer de Dès.

Oui : Corny embrasse Paco sur les lèvres.
Non : Corny embrasse Paco sur la joue.




Dernière édition par Cornelia Lindgren le Dim 10 Mar - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Light

Blow the candles out


Qui suis-je ?
Blow the candles out
∆ INSCRIPTION : 23/08/2009
∆ MESSAGES : 330
Ҩ AVATAR : Mignon's army
Ҩ CREDITS : © Bang Ҩ DOUBLE COMPTE : Aucun.

@ PRESTIGE : 178
@ DATE DE NAISSANCE : 01/01/1999
@ AGE : 19 || @ SEXE : Masculin
@ ADRESSE : Partout et nul part à la fois.
@ MÉTIER : Guider les jeunes novices.

★ This one's for you and me, living out our dreams. We're all right where we should be. Lift my arms out wide I open my eyes and now all I wanna see : is a sky full of lighters... A sky full of lighters.


Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Mar - 16:45
Le membre 'Cornelia Lindgren' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Pimenter vos RPs' :


Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé „



Qui suis-je ?




Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle hospitalisation [PACO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Coopération Canada/Armée et Haiti ; une idée nouvelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE STORY :: SGMW Hospital :: 1ère Étage - Aile est :: Chambres des patients :: Chambre n°101-